• facebook Fertile Mag
  • Instagram Fertile Mag
  • Twitter Fertile Mag
  • Youtube Fertile Mag

Découvrez les différents articles thématiques proposés par les cliniques

L’échec d’implantation : l’un des motifs les plus complexes qui rend difficile la grossesse

La spécialisation et la personnalisation ont permis à Instituto Bernabeu de devenir une référence internationale pour le traitement des cas difficiles.

Instituto Bernabeu

Parler d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition c’est aborder la situation de nombreux couples qui luttent, sans succès, pour obtenir une grossesse. Une histoire à multiples chapitres, qui représente beaucoup de douleur et un sentiment d’incompréhension pour ceux qui la vivent. Il représente en même temps un défi pour les experts en médecine de la reproduction. Dans la plupart de ces cas, tout semble aller bien, sauf que la grossesse ne se produit pas, même après avoir réalisé des traitements de fécondation in vitro (FIV). Parfois, bien que très habituel, l’embryon s’implante dans l’utérus, mais une fausse couche se produit de façon précoce, ce qui se produit dans 2 à 5% des cas. 

Instituto Bernabeu Madrid nous explique que les facteurs pouvant provoquer cette situation sont nombreux, allant des anomalies anatomiques utérines à des facteurs génétiques, immunologiques, endocrinologiques, etc. La spécialisation médicale et la personnalisation de chaque traitement sont essentielles pour détecter les causes et pour administrer le meilleur traitement aux patientes.

Face à un échec d’implantation à répétition, les spécialistes d’Instituto Bernabeu estiment qu’il est capital d’étudier en profondeur les trois parties impliquées dans le processus : la femme, l’homme et l’embryon. Cette analyse démarre par l’étude des données cliniques de la famille, l’analyse de leurs modes de vie, ainsi que l’exposition à des agents toxiques, entre autres, pouvant affecter la nidification de la grossesse.

 

Par son Unité d’Échec d’Implantation et de Fausse Couche à Répétition, Instituto Bernabeu mène des lignes de recherche constantes, qui ont donné naissance à des études génétiques particulièrement importantes en la matière. L’une des plus importantes est celle qui étudie l’identification des variantes génétiques qui prédisposent l’échec d’implantation embryonnaire à répétition et la fausse couche précoce. Cette découverte a entraîné la création du test IBGen RIF. Ce test analyse les variantes dans les gènes liés à des facteurs immunologiques, associés au risque thrombotique, et des facteurs qui modulent la réceptivité de l’endomètre.

Récemment, les recherches se sont centrées sur le microbiome vaginal  et sur la preuve qu’il est possible d’améliorer le pronostic des patientes grâce à son équilibre parfait et la normalisation des patrons des micro-organismes de l’appareil reproducteur féminin.

RIF_1.jpg

Altérations chromosomiques

Les altérations dans l’embryon (facteur embryonnaire) se cachent derrière la plupart des cas d’échec d’implantation et de fausse couche à répétition, en raison des altérations dans le nombre ou la disposition des chromosomes, comme le signale Instituto Bernabeu. Grâce à des analyses réalisées, comme le test ou diagnostic génétique préimplantatoire (DGP/PGT), il est possible de détecter des altérations chromosomiques et donc d’éviter l’implantation d’un embryon qui ne nidifierait pas dans l’utérus maternel ou occasionnerait une fausse couche précoce. À l’heure actuelle, les techniques de biologie moléculaire permettent de sélectionner les embryons dont les chromosomes ne présentent aucune anomalie et qui pourront donner lieu à une grossesse évolutive. Par ailleurs, l’étude de l’exome (qui analyse les régions où la plupart des modifications génétiques se produisent) représente une grande avancée pour découvrir la cause génétique des fausses couches à répétition et des échecs de nidification. Une fois la variante identifiée, il est possible d’éviter la fausse couche en employant des techniques de diagnostic génétique préimplantatoire, qui détectent des maladies monogéniques (DGP-PGT-M).

 

Étude de l’utérus

L'étude de l’utérus est également fondamentale. Une étude d’Instituto Bernabeu sur la contractilité de l’utérus est devenue une référence internationale, car elle a découvert qu’il était possible, grâce à un traitement inhibiteur des contractions, d’augmenter les probabilités de nidification de la grossesse. La possession de puissants appareils échographiques permet de déterminer le lieu le plus approprié pour réaliser le transfert de l’embryon et permet de collecter toutes les informations de la cavité utérine et d’identifier des maladies comme l’adénomyose, qui complique la grossesse, car il recouvre l’utérus d’un tissu de l’endomètre, ainsi que de diagnostiquer des malformations utérines qui sont une cause de fausse couche. Le suivi exhaustif de la patiente, en mesurant la progestérone sérique, est également essentiel pour le succès.

Pour déceler les motifs pour lesquels l’embryon ne s’implante pas, des facteurs endocrinologiques, hématologiques et immunologiques font également l’objet d’une analyse, car le système immunitaire est une autre figure, bien qu’elle soit en partie inconnue dans le processus reproductif, que de nouvelles recherches font qu’il occupe de plus en plus une importance particulière dans celui-ci. 

 

Analyse de l’homme

L'homme occupe également une place importante dans l’analyse des causes impliquées dans l’échec d’implantation et les fausses couches à répétition. À l’heure actuelle, il fut révélé qu’un spermogramme conventionnel n’était pas suffisant pour connaître en profondeur la capacité de fécondité. Il peut y avoir des paramètres séminaux altérés qui affectent le succès reproductif. Ces mesures sont détectées par des études avancées comme la méiose spermatique, la FISH sur les spermatozoïdes et la fragmentation de l’ADN. Ces analyses permettent de constater s’il existe des altérations dans la charge génétique des spermatozoïdes.


 

Il n’existe pas une formule unique pour tous les cas

Comme nous l’avons analysé, il existe de nombreux facteurs dans la recherche des causes qui peuvent provoquer l’échec d’implantation et/ou une fausse couche précoce. L’équipe des médecins spécialistes est celle qui analyse de façon personnalisée chaque cas et qui fixe les examens recommandés. Instituto Bernabeu souligne qu’il est particulièrement important de ne pas appliquer des formules de traitement générales et d’aborder chaque cas individuellement, car chaque cas est unique. 

 

Référence internationale en matière de recherche

Les recherches menées à bien par Instituto Bernabeu ont été publiées dans les conférences des sociétés scientifiques les plus importantes du monde, notamment l’ASRM, l’ESHRE, l’ASEBIR et la SEF. Elles servent, d’une part, à être appliquées dans la pratique clinique et, d’autre part, à aider la communauté scientifique pour la recherche de solutions. L’unité d’Échec d’implantation et de fausse couche est plus précisément une référence européenne, dans laquelle y participent des professionnels de haut niveau et des experts comme des gynécologues, des endocrinologues, des biologistes moléculaires, des généticiens, des embryologues et des immunologistes. 

Les excellents résultats d’Institut Bernabeu et son prestige international ont motivé des couples de 137 pays à le choisir pour suivre ses traitements de fertilité personnalisés. Instituto Bernabeu possède actuellement des cliniques en Espagne et en dehors, à Madrid, Alicante, Palma de Mallorca, Albacete, Carthagène, Elche et Benidorm, ainsi qu’à Venise (Italie).

Instituto Bernabeu

Le vieillissement ovarien : l’un des grands défis de la médecine de la reproduction
L’Unité de Faible Réserve Ovarienne d’Instituto Bernabeu offre des solutions contre
l’épuisement des ovules.

L'infertilité est un problème mondial qui affecte des millions de couples. Depuis près de quatre décennies, la procréation assistée tente d’offrir des solutions aux couples ne pouvant avoir des enfants de façon naturelle. Une référence internationale se trouve en Espagne. La clinique Instituto Bernabeu est synonyme de médecine de la reproduction d’excellence. Nos traitements sont conçus à la mesure de chaque patient. Depuis 1985, nous avons permis la naissance de plus de 20 000 enfants et traité plus de 125 000 patients venus de 137 pays différents. Une médecine où le patient est le centre, où chaque personne est unique, tout comme son traitement. Les résultats sont certifiés et audités par des organismes externes.

 

Instituto Bernabeu possède des unités de traitement spécifique qui sont une référence internationale, notamment l’Unité d’Échec d’Implantation et de Fausses Couches à Répétition et l’Unité de Faible Réserve Ovarienne. Instituto Bernabeu possède 8 cliniques réparties à Alicante, Madrid, Majorque, Albacete, Carthagène, Elche, Benidorm et Venise (Italie).

Comme le souligne la clinique, contrairement à l’homme, où la capacité fertile se maintient tout au long de sa vie adulte, chez la femme, elle a une date d’expiration. Notre corps est en constante régénération, car il remplace de vieilles cellules par des nouvelles, à l’exception des ovules.

 

« La réserve ovarienne, à savoir, le nombre total d’ovocytes dont disposera une femme, est fixé avant sa naissance et diminuera au fil du temps » comme l’explique le Dr Rafael Bernabeu, directeur médical d’Instituto Bernabeu. Des 5-6 millions que crée son corps pendant sa conception dans le ventre de sa mère, ce chiffre se réduira à 2 millions au moment de sa naissance et ne dépassera pas le demi-million lorsqu’elle aura sa première menstruation. À l’âge de 40 ans, il sera quasiment épuisé. Par conséquent, à partir de 35 ans, chaque anniversaire réduit les possibilités d’être mère avec ses propres ovules, et à partir de 40 ans, la chute est drastique. « À partir de 36 ans, il existe une perte de 2% par mois de pouvoir avoir une grossesse, soit 24% de moins par an. Cette baisse est d’autant plus vertigineuse à un âge plus avancé » comme l’indique le Dr Rafael Bernabeu.

LOR_3.jpg

RECHERCHE ET PERSONNALISATION POUR LE TRAITEMENT ADÉQUAT

 

Avoir une faible réserve ovarienne de nos jours n’implique pas dans tous les cas l’impossibilité de devenir mère avec des ovules propres, mais complique en revanche le processus de fécondation in vitro (FIV). Il s’agit de l’un des grands défis de la médecine de la reproduction et Instituto Bernabeu, l’un des principaux leaders européens dans la recherche sur l’infertilité, centre depuis plus d’une décennie ses projets de R&D&i à y donner des solutions.

 

Son unité de traitement de faible réserve ovarienne conçoit des traitements personnalisés adaptés aux besoins spécifiques de chaque patiente. Elle applique, par exemple, la pharmacogénétique, qui permet d’adapter le traitement hormonal au profil génétique de l’ovaire de chaque femme et ainsi d’obtenir plus d’ovocytes après la stimulation des ovaires, en appliquant son test IBgen FIV. Cette unité, grâce à ses recherches vérifiées, propose à certaines patientes une double stimulation en phase lutéale après l’ovulation, qui a démontré qu’elle pouvait augmenter le nombre d’ovocytes dans ce deuxième cycle consécutif.

 

MÉDECINE RÉGÉNÉRATIVE POUR LE « RAJEUNISSEMENT OVARIEN »

 

À l’heure actuelle, il existe une ligne d’action prometteuse à travers la médecine régénérative qui utilise un matériel biologique de la patiente elle-même pour réactiver son activité ovarienne. Le groupe originaire d’Alicante applique dans l’immédiat les deux techniques de « rajeunissement ovarien » qui ont été scientifiquement vérifiées. D’une part, l’activation de follicules « endormis » par l’administration intraovarienne de plasma riche en plaquettes (PRP) et de facteurs de croissance du sang de la patiente, qui facilitent la réactivation de sa fonction ovarienne.

 

La deuxième stratégie est l’activation ovarienne par la fragmentation et la greffe de cortex ovarien (Ovarian Fragmentation for Follicular Activation-OFFA-), pour obtenir une réponse de l’ovaire chez des patientes diagnostiquées d’une ménopause précoce ou d’un échec ovarien prématuré.

Instituto Bernabeu

RAJEUNISSEMENT OVARIEN :
l’activation de l’ovaire avec du plasma riche en plaquettes (PRP) de la patiente et autogreffe ovarien pour sa régénération

Les nouvelles techniques de rajeunissement ovarien permettent de régénérer des tissus pour activer les follicules «endormis », d’obtenir plus d’ovules et d’accroître le succès de la FIV

 

La médecine régénérative est actuellement appliquée dans divers domaines thérapeutiques. Elle se base sur la capacité d’autoguérison de la patiente, afin que son corps puisse utiliser ses propres systèmes, avec parfois une aide externe, pour recréer des cellules et reconstruire des tissus et des organes. Bien qu’il s’agisse d’un domaine expérimental, elle commence à livrer des résultats prometteurs.

Le retard de la maternité est une réalité dans la société actuelle. L’échec ovarien ou l’âge se cachent derrière de nombreux cas de femmes atteintes d’une faible réserve ovarienne. Instituto Bernabeu est le leader international dans son traitement, grâce à des stratégies personnalisées pour obtenir un ovule de plus dans la stimulation ovarienne, qui peut être la clé pour obtenir la grossesse.

En 2014, Instituto Bernabeu a révolutionné le panorama de la procréation assistée en appliquant la pharmacogénétique aux cas de faible réponse ovarienne, qui permet ainsi d’appliquer le traitement le plus adapté selon le profil génétique de l’ovaire de chaque patiente. A posteriori, des techniques personnalisées de stimulation ovarienne ont été incorporées, comme la stimulation en phase lutéale, qui ont permis d’optimiser la réponse de l’ovaire de la patiente pour obtenir un plus grand nombre d’ovocytes et donc plus d’embryons.

De nouvelles stratégies sont à l’heure actuelle développées pour donner une solution à ce groupe de patientes qui ont des follicules résiduels qui demeurent inactifs. Des efforts sont portés sur l’étude de nouvelles techniques pour « réveiller » ces follicules pouvant donner lieu à un plus grand nombre d’ovules pendant le processus de stimulation de la fécondation in vitro. Bien qu’un grand nombre de procédures expérimentales sont en cours d’évaluation, après la révision scientifique de la preuve disponible, Instituto Bernabeu a instauré celles qui ont démontré être sûres pour la patiente et qui affichent des résultats cliniques positifs.

21abril_land.jpg

TECHNIQUES DE RAJEUNISSEMENT DE L’OVAIRE

Le traitement qui s’est montré le plus efficace à cet effet est l’administration intraovarienne de plasma riche en plaquettes (PRP) qu’Instituto Bernabeu applique actuellement avec succès à des cas précis de patientes à faible réponse et ménopause précoce. Le sang de la patiente, qui est préalablement préparé dans le laboratoire, est alors utilisé. Un processus de « centrifugation » est alors exécuté, dans lequel les plaquettes libèrent une grande quantité de facteurs de croissance.

La gynécologue d’Instituto Bernabeu, Dr Ana Fuentes, explique que le développement des follicules à des étapes particulièrement précoces dépend de facteurs de la croissance. Ainsi, l’administration de plasma riche en plaquettes directement dans l’ovaire peut accroître la concentration et affecter de manière positive son « réveil ». L’objectif est de « rajeunir » ou d’activer l’ovaire en tâchant d’obtenir un plus grand nombre d’ovules.

Pour traiter les patientes diagnostiquées d’un échec ovarien ou d’une ménopause précoce, l’activation ovarienne est actuellement réalisée par la technique OFFA (Ovarian Fragmentation for Follicular Activation) fragmentation et autogreffe de cortex ovarien. Elle consiste à réaliser une excision d’une partie du cortex ovarien de la patiente, obtenue après une laparoscopie. Elle est ensuite fractionnée et à nouveau introduite dans l’ovaire. La capacité cicatrisante permet d’activer les follicules résiduels « endormis » présents chez des patientes à échec ovarien. Des grossesses, aussi bien spontanées qu’après une fécondation in vitro (FIV), ont été publiées.

Jusqu’à présent, ces techniques ont uniquement montré une amélioration chez certaines patientes avec des caractéristiques particulières. Il existe une série de contre-indications à prendre en compte, comme la présence d’une pathologie dans l’ovaire, l’existence d’un unique ovaire ou les échecs ovariens pour cause génétique ou après une chimiothérapie. L’équipe médicale est donc celle qui doit évaluer si le traitement peut s’avérer efficace selon le cas précis.

Le groupe Instituto Bernabeu, qui possède des cliniques à Alicante, Madrid, Majorque, Albacete, Carthagène, Elche et Benidorm, ainsi qu’une clinique à l’étranger, à Venise, accumule une grande expérience de succès dans les cas des patientes qui obtiennent très peu d’ovocytes après la stimulation ovarienne. L’unité à faible réponse ovarienne est pionnière au niveau international dans l’étude et le développement de stratégies dans les cas les plus difficiles.

Instituto Bernabeu

GUIDE POUR FACILITER LE CHEMIN VERS LA MATERNITE POUR LES FEMMES LESBIENNES, BISEXUELLES ET TRANSGENRES :

Pour les familles de couleur, l'Instituto Bernabeu propose un guide complet avec toutes les solutions de procréation assistée disponibles.

 

Qui a dit qu'être une mère était facile ? C'est un tourbillon d'émotions qui commence bien avant que nous ayons notre bébé. Nous prenons la décision. Elle sourit d'une oreille à l'autre parce qu'elle rêve d'être mère depuis qu'elle est toute petite, et moi, qui ne me souciais pas spécialement d'être mère, je commence à m'enthousiasmer aussi, parce que c'est la plus belle chose que nous allons faire ensemble. 

Nous savons que ce n'est pas un chemin facile. Notre amie Shantal a eu sa fille après le transfert du deuxième et seul embryon qu'elle avait obtenu par FIV. Deux embryons ont été obtenu et un d’eux ne s’est pas implanté. C'est pourquoi nous nous sommes tournés vers l'Instituto Bernabeu, une clinique gay-friendly qui nous donne confiance. Grâce à leur Guide de maternité pour femmes lesbiennes, bisexuelles et transgenres, nous avons résolu beaucoup de nos doutes.   

La clinique est consciente qu'il existe aujourd'hui différents modèles familiaux au-delà du modèle traditionnel. Et c'est pourquoi ils tentent de résoudre certaines des préoccupations qui surgissent lorsqu'on envisage la maternité avec deux mamans. Ils expliquent comment choisir la meilleure clinique et les techniques dont nous disposons pour que le rêve de la maternité devienne une réalité. 

Le guide réserve une section spéciale à l'importance du choix du donneur de sperme le plus approprié, avec l'assurance que tous ont passé avec succès les tests médicaux, psychologiques et génétiques les plus stricts pour être candidats. En fait, seuls 9 % des candidats réussissent les contrôles sanitaires rigoureux. L’IB dispose de sa propre banque de plus de 1 100 échantillons séminaux pour attribuer celui qui présente la plus grande similitude physique avec les patientes. En outre, le test de compatibilité génétique (TCG), qui analyse et détecte entre 3 000 et 600 maladies héréditaires, est effectué gratuitement.

 

Le guide présente les différentes techniques de procréation assistée qui sont à la disposition des couples : insémination avec sperme de donneur ; fécondation in vitro (FIV) avec sperme de donneur ; FIV avec double don ; ou adoption d'embryons. Et la méthode ROPA (réception des ovules du couple), une technique exclusivement destinée aux couples de lesbiennes. L'une fournit l'ovule tandis que l'autre assurera la gestation du bébé des deux, leur permettant ainsi de vivre intensément la maternité. 

L'Instituto Bernabeu dispose de cliniques à Alicante, Madrid, Palma de Majorque, Carthagène, Albacete, Elche et Benidorm et de la première clinique internationale à Venise. Il a une expérience de près de quatre décennies et des patients de 167 pays lui confient leurs soins de reproduction.

imagenes-guia-de-maternidad-para-mujeres-lesbianas-bisexuales-y-transgenero_FR.jpg